Le Village


Mairie de Kogenheim
Mairie de Kogenheim

De l'ère antique à aujourd'hui

L'histoire de Kogenheim remonte à l'ère antique. Lors des fouilles qui furent conduites sur ces terres à la fin du 18ème siècle, l'on découvrit de nombreux tumulis, des tombeaux qui auraient appartenu au sanctuaire celtique de Novientum, aujourd'hui Ebersmunste.

Kogenheim, commune qui longe la route nationale N° 83, est à mi-chemin entre Strasbourg et Sélestat, au Sud de la plaine de la Moyenne-Alsace. Jalonné d'une part par l'Ill, rivière qui prend sa source à Wengen dans le Sundgau, et par la ligne de chemin de fer Strasbourg-Bâle d'autre part, Kogenheim se caractérise par une grande activité agricole, artisanale et ouvrière. Kogenheim, jadis un village du bailliage de Benfeld, est cité pour la première fois en 742. A cette époque, l'abbaye de Wissembourg possédait des vastes domaines dans la région, avec droit de dîme et patronage.

Vers 1079, le territoire fut conquis par l'empereur Rodolphe de Habsbourg, qui résidait au château de l'Ortenbourg. Sous son règne notre région vécut une ère de paix et de sérénité, mais qui devait se terminer par les discordes entre les chevaliers Ottons de Bergheim, seigneurs puissants des terres royales de Sermersheim, village avoisinant, et le chapitre épiscopal de Strasbourg.
De 1135 à 1224, l'abbaye de Novientum, aujourd'hui Ebersmunster, avait une métairie à Kogenheim, avec droit de dîme et de collation. Toutefois le village, qui était domaine féodal, était géré par les seigneurs qui résidaient au château, aujourd'hui l'école communale de Kogenheim.

Edifices de Kogenheim
Edifices de Kogenheim

Kogenheim et ses dénominations

A travers les âges, Kogenheim changea plusieurs fois son nom ; en 1042, c'était "Kagenheim" ; puis "Gagenheim", "Chagenheim", et vers 1600, Kogenheim. Vers 1230, Kogenheim devint bien de l'évêché d'Argentoratum, aujourd'hui Strasbourg, dont la chancellerie de cette région se trouvait à Benfeld, au château Rohan notamment, qui fut également le siège de la Décapole. Plus tard la chancellerie fut transférée dans le bâtiment qui aujourd'hui est la Caisse d'Epargne de l'Ecureuil, place Aristide Briand. En 1330, le village de Kogenheim fut mis en gage auprès des seigneurs de Ribeauvillé, jusqu'en 1465. Le château devint successivement le domaine des nobles d'Andolsheim, des nobles de Dambach, des seigneurs d'Uttenheim de Ramstein ; en 1676 les nobles de Heus y régnaient, et en 1720, les notables de Glaubitz, auxquels il appartenait comme fief féminin, le cédèrent aux nobles chevaliers de Kress, qui l'exploitèrent comme métairie jusqu'en 1777. Puis le domaine fut restitué comme château et acquis par les bourgeois de Dietrich, et plus tard par les barons de Mullenheim.

D'autres familles qui ont résidé à Kogenheim comme seigneurs furent les nobles de Schweighousen, de Waldner, Gliers, Bollwiller et Fugger. Dans un document de 1135, Kogenheim, cité comme «Chagenheim», est mentionné comme village paroissial, avec comme patron saint Léodegar, ou saint Léger. Il était moine bénédictin, et descendait de la famille d'Etticho, père de sainte Odile, patronne de l'Alsace. En 661 il fut nommé évêque d'Autun du royaume de Bourgogne, et en 669 prieur monial du monastère de Luxeuil, dans la Haute-Saône. Un des grands événements de la vie de saint Léger est d'avoir assisté à la fondation de l'abbaye de Novientum, aujourd'hui Ebersmunster.

De tout temps, Kogenheim a connu l'aisance, et son histoire nous révèle que très tôt le village a été un centre commercial important, favorisé tant par la voie fluviale que par le transport routier.

Retour haut de page
ImprimerObtenir la version pdf de la pageEnvoyer à un amiContactPlan du site